Les plantes carnivores

Découvre comment les plantes carnivores capturent leurs proies. Droséra, grassette, utriculaire, sarracénie, népenthès, dionée… Chacune a sa technique !

Interview
Jean-Jacques Labat, grand spécialiste français des plantes carnivores, interviewe Yves-André Utz, un collectionneur suisse qui les cultive depuis plus de 30 ans !

 

Le droséra à feuilles rondes

 

La grassette (pinguicula gigantea, une espèce présente en Amérique du Sud)

 

L’utriculaire
La vidéo est en espagnol, mais elle est bluffante ! Voilà la traduction.
« Ces petits insectes agités sont des larves de moustique, l’une des proies de l’utriculaire. Les petites poches que l’on voit ici ne sont pas des éléments de flottaison mais des pièges. Elles ont une porte d’entrée et un petit mécanisme d’aspiration. Si nous ralentissons l’image 240 fois, nous voyons comment elles fonctionnent : au moindre contact, la porte s’ouvre et aspire la proie. Tout se déroule en moins d’un millième de seconde. L’utriculaire est le prédateur le plus rapide du règne végétal. »

 

La sarracénie

 

Le népenthès

 

La dionée américaine

 

Les tourbières

Dans le numéro 100, je te propose de fabriquer une mini-tourbière et de cultiver des plantes carnivores dans de la tourbe blonde. Attention, sache que les tourbières, milieux naturels rares, ont été surexploitées dans le monde et risquent de disparaître… Achète donc un tout petit sac de tourbe et utilise-le seulement pour faire pousser tes plantes carnivores.
J’ai demandé aux meilleurs spécialistes si mes plantes carnivores pouvaient vivre dans de la fibre de coco ou des aiguilles de pin plutôt que dans de la tourbe. Malheureusement, ils m’ont dit qu’elles mourraient prématurément.

Si tu as envie d’en savoir plus sur les tourbières, leur faune et leur flore, regarde ces deux vidéos passionnantes !

Le magazine télé C’est pas sorcier a consacré une émission sur « Trésor des tourbières ». À découvrir !

Jean-Jacques Labat, grand spécialiste des plantes carnivores, t’emmène en balade…

Vu dans La Petite Salamandre n°100

Revenir à la page des articles